Les personnes déjà parrainées

Depuis sa création fin 2007, Afrique en Marche a accompagné près de 100 bénéficiaires, qui, selon leurs besoins, ont été appareillés ou ont reçu du matériel orthopédique: chaises roulantes, béquilles et déambulateurs. Voici quelques uns d’entre eux.
(Vous pourrez trouver ici la liste de tous nos bénéficiaires)


JOSIANNE  (Kibuye)

Josianne a été amputée de la jambe droite en 2007. Elle a été mal soignée, sa jambe s’est trouvée paralysée et après une semaine, elle a dû être amputée. Lorsqu’elle a pris contact avec Afrique en Marche, elle n’avait jamais eu de prothèse et souhaitait en acquérir une pour pouvoir porter son enfant sur le dos et ainsi effectuer ses tâches domestiques plus facilement.

Josianne1  Josianne2


JEAN-PIERRE  (Rukoma, Kamonyi)

Jean-pierre a été amputé de la jambe suite à un accident de voiture en 2002. Il a contacté Afrique en Marche car la prothèse qu’il portait depuis 2003, en bois et de fabrication artisanale, était trop vieille et ne lui permettait pas d’être indépendant. Or, il ne souhaitait plus dépendre de sa famille. Grâce aux coureurs du Marathon de Kigali en mai 2012, il a pu bénéficier d’une nouvelle prothèse et regagner une mobilité plus aisée.

Jean-Pierre 1  Jean-Pierre2


MOUSSA  (Kigali)

Moussa a dû être amputé de la jambe à l’âge de 6 mois, suite à des complications liées à une intervention médicale. Sa prothèse étant devenue trop petite, il est venu à Afrique en Marche avec le souhait de pouvoir marcher à nouveau correctement. Il a pu recevoir une nouvelle prothèse grâce au parrainage des coureurs du Marathon de Kigali en 2012.

Moussa1_small1  Moussa2


JEAN  (Kamonyi)

Jean est né avec une agénésie à la jambe gauche. Lorsque’il est venu à Afrique en Marche, il était en troisième maternelle et souhaitait acquérir une prothèse avant d’entrer à l’école primaire, pour pouvoir se déplacer plus facilement et jouer avec les autres enfants.

Jean 2 Jean 1


ANASTHASIE  (Kigali)

Suite à un cancer, Anasthasie a dû être amputée de la jambe en 1997. Elle était agricultrice et a, malgré tout, continué à cultiver sa terre. Mais n’ayant jamais eu de prothèse, elle était généralement contrainte à travailler à même le sol. Elle a donc pris contact avec Afrique en Marche pour  pouvoir se tenir debout sans béquilles et travailler plus facilement.

Anasthasie1  Anasthasie2


JOSEPH  (Mont Jali)

Joseph a perdu ses deux jambes en marchant sur une mine antipersonnel en juillet 94. Il était maçon, mais suite à ses deux amputations, il n’a pas pu continuer à exercer son métier. Il a pu être équipé de deux prothèses en 1995 grâce à un don et n’a pu les renouveler qu’une seule fois depuis, en 1998. Lorsqu’il a pris contact avec Afrique en Marche en 2009, cela faisait donc 11 ans qu’il portait les mêmes prothèses. Celles-ci étaient en très mauvais état et Joseph avait de plus en plus de difficultés à marcher.

Joseph 1  Joseph 2


PIERRE  (Kigali)

Pierre a été amputé des deux jambes à l’âge de 17 ans suite à de fortes douleurs mais il n’a jamais su quelle maladie il a eu. Il a pris contact avec Afrique en Marche pour l’aider à acquérir des prothèses et ainsi pouvoir marcher à nouveau, trouver un emploi et améliorer le niveau de vie de sa famille.

Pierre 1  Pierre 2


FIONA (Gitega)

Fiona est née paralysée et avec un déficit mental. Ses parents ont pris contact avec Afrique en Marche pour qu’elle puisse bénéficier d’une chaise roulante et ainsi pouvoir rester plus facilement assise dans la cour avec les autres enfants.

Fiona


BETTY  (Kigali)

Betty a perdu ses deux jambes pendant le génocide en 1994 suite à des blessures par balles. Elle portait des prothèses depuis 2000 mais celles-ci étaient usées et mal adaptées à ses moignons qu’elles blessaient. Après avoir fait quelques petites réparations elle-même pour ses prothèses, Betty est venue à Afrique en Marche pour une vraie réparation. Elle souhaitait pouvoir se déplacer à nouveau correctement, faire de longs trajets, avoir plus d’aisance dans sa formation en coupe et couture et pourvoir trouver plus facilement un emploi pour pouvoir gagner sa vie. Nous lui avons fourni deux nouvelles prothèses.

Betty


Publicités